Cross-Lingual Homophones and Homographs

I started this approach first with my children to help them remember certain words, especially in Arabic or Russian. Then I realized that there are plenty of “cross-lingual homophones” that can so use didactically. Let us peruse some:

Mille in French, Spanish and Italian spells like Mile in English but really means thousand. In Arabic it means Alf ((الف which really sound like a youngster working for Santa Claus, Elf. Lots of cross-lingual hoops for a 3-4 letter word but it is now
indelible in the kids’ brains.

Baggage in French is the same in English and Russian; but suitcase is valise in French and Chemedan (цемедан) in Russian; except the latest word sounds exactly like Chemeedan شمعدان)) in Arabic, the latter meaning Candelabra! That of course means Candelabre in French. Still no baggage connection.

From the latin Tempus we have Temps in French and Tiempo in spanish and italian. It means both time and weather. In Arabic it is two different words respectively Wakt (وقت) and Tax (طقص). The latter word is self-explanatory in English and has nothing to do with the weather. Staying on this topic, weather means Pagoda (пагода) in Russian which is quite similar to Pagode in French, which means Buddhist edifice and in Brazilian, a style of music. What is the connection?

The Latin Citrus gave Citron in French and Limone (лимон) which sounds like Lemon in English and Laimoon (ليمون) in Arabic, except the latter means orange in Arabic and not Lemon. The latter is Hamod (حامود) in Arabic.

To feel in English sounds like Feel (فيل) in Arabic, which means elephant. Now Fil in French means Thread and Fille means Girl. Definitely no connection between the girl and the elephant, except for the cross-lingual memorization value.

Pêcheur and pécheur sont homophones and almost homographs, they mean respectively fisherman and sinner in English. There is definitely a connection between Jesus and his disciples fishermen by trade and fishermen of souls so the French language seems to illustrate this fact unlike all others.

Sin in English is homophonic with Sin (سن) tooth in Arabic. Unless one makes a lose connection with the Hamourabi code of punishment “an eye for an eye and a tooth for a tooth”, the similarity between sin and sin is purely phonetic. Now Sin (сын) in Russian means Son which is purely homophonic unless you want to consider a deeper connection like Cain killing Abel as a sin committed by the son of Adam and Eve, or any other such examples.

Brother in Russian is Brat (брат) which is a homophone of brat in English. Truly one’s brother can be a brat. This is better illustrated in Arabic where brother is Akh (اخ) and sister is Akht (اخت), the first signifying pain and the latter sounding like a spit.

Finally Edamame in Japanese somehow made its way into the word Edame (اضامي) in Arabic, except the former is a form of green bean, while the latter is a dried chick pea. This homophonia is only partial I reckon but it is with Japanese nonetheless.
Two expressions in Arabic are deep in meaning and intreaguing because of the quasi-homophony: في المساعدة السعلدة (Fi al musaadat al saadat) which means “There is happiness in helping) and في الامان امن (Fi al iman amen) which means “There is safety in believing”. I have used these two meaning-loaded sentences repeatedly with my children for linguistic/didactic purposes, and cannot help but wonder: Did the Arabs heed their real meaning or was it just happenstance. Certainly the former would be very timely in today’s world.

Advertisements

Palsambleu!

Effectivement j’ai pas le sang bleu, d’autant plus que ce juron veut plutôt dire: de par le sang de Dieu!

Avec tous ces europeéens qui ont plus de particules que de parties-têtes, on se croiraient encore à l’époque pré-revolutionnaire où la noblesse régnait. Ma copine parisienne (1980) avait même deux particules (De Beuzelin de St Ours) et elle était bien douée de ce côté-là. Parfois il y a un nom puis une particule comme mon ami Hervouet des Forges.

Quoique ce n’est plus tellement le temps des barrons larrons, des (ac)comtes et des vi(ce)-comtes, les Brits sont les plus acharnés à garder leurs titres de noblesse. Résultat: une floppée de Lords dégénérés, mais la reine tient bon à sa (basse)court. Tout ce decorum fait beaucoup de pognon à l’UK. C’est K Okay, comme on dit. Un titre qui me fait chialer c’est Earl. Cela me fait toujours penser à James Earl Jones, à la fameuse voix de basse, et à “Earl the Pearl” l’illustre basketballer Americain.

Chez les teutons, c’est les van et les von au lieu des de. Seulement pour chaque “von Karajan” il ya plusieurs Hofmann (homme de court, avocat), kaufmann (commerçant), Zuckermann (homme de sucre!). C’est un méli-mélo (mishmash) de melomanes. Les anglo-saxons ont aussi leurs Miller (meunier), carpenter (charpentier) ou mason (maçon). Enfin, il y a les Jones, les Saillards et les Hahns

Chez les Arabes et les Juifs c’est les Ben et les Abou. Plus que la provenance géographique des van/von/de c’est la provenance généalogique qui compte. Qui est le fils de qui. Surtout qui est le père parce que la mère on doit le savoir quand même. On m’a souvent appelé Benjani,  ou le Marquis de la Bejjanière, parfois l’abbé Jani, parfois pire. Le fait est que Bejjani veut dire provenant de Bejjé (banlieu de Byblos) comme Beyrouti, Bhamdouni, etc. Le prefix devient un suffix.

Le titre Marquis est assez intéressant car c’est la même phonétique que Marquee qui veut dire châpiteau en Anglais, comme pour les théatres et les cinémas. Je me demande s’il n’y a pas une légère connection avec le Marquis de Sade. Cela remonte peut-être au temps où les “marquees” présentaient souvent les films de Dracula at du Comte de Frankenstein, ses cousins germains.

Enfin les Russes aussi aiment identifier le père. C’est pour eux un signe de respect à la personne interpelée: Si tu es Julia et ton papa s’appelle Boris, ton nom devient Julia Borisovna et ensuite le nom de famille. Seulement il ya des centaines de Julia Borisovna parce que ce sont des noms très communs donc ce format ne résoud pas tellement le probléme de paternité. Bientôt on aura notre ADN tatoué sur la peau avec des lecteurs electriques qui vont coincer les papas du monde entier. Ceux qui sont sans coeur, devront se tenir à carreau, ou c’est la pique, saperlipopette!

Les noms mixes sont maintenant en vogue, surtout parce que les dames ne veulent plus céder leurs noms de jeunes filles, et parce qu’il y a de plus en plus de couples du même sex. Par ailleurs, avec le taux de divorce, les noms deviennent très complexes. Vive les tatouages et les bar-codes.

Aga-même-nom ordonnait, quand il avait une dent contre quelqu’un qui lui avait dit “mon oeil!”, avec un regard persan, ou “va te faire voir chez les Grecs”: “Prends son pied…ou sa main”.

De toute façon pour ce qui est de la NSC, DNI, NSA, CIA, FBI, FSB, Interpol et tous ces gens à initiales, on n’est déjà qu’une série de numéros! Vous n’avez qu’à demander à St Julien l’Archange, au leaky wick, à Edward Snowjob ou bien mieux à Susan Rice, la psèftomane. Rice rolled the dice one too many times. Riz-ra bien qui pleura la première. Rice should be put on ice for all her vice.

Explorons le Papillon sans charrier

Henri Charrière, condamné à vie, orchestra avec son copain Louis Dega une escapade mémorable qui lui a valu le surnom de “Papillon”.

En Français, papillon rime avec (coureur de) jupon. “Papa c’est papi qui butine de fleur en fleur” “non fiston c’est encore un vieux gras au Viagra!”

Inspirés par les relation amoureuses franco-russes du temps de Napoléon, les Russes nommèrent leur (papi)llon бабочка (grand-mère) pour donner aux Français une bonne proie à papi.

La “farfalla” italienne fait plutôt bouffe, un genre de pasta. Cela a peut-être inspiré le mot arabe فرفور.

L’Arabe littéraire utilise الفراشة، qui ressemble à فراشية. Ce dernier mot veut dire brosse (cheveux, dents, habits). Cela implique effleurage et frottement donc pas loin de papi et бабочка.

L’Espagne l’a nommée “Mariposa”. Marie prend une pose. C’est de la photo ou du Kama Soutra.

Les Allemands si lésinent pas sur leurs intentions belliqueuses. Leur “Schmetterling” ressemble étrangement aux sinistres “Messerschmitts” de la deuxième guerre mondiale.

Finalement les Anglais créèrent “Butterfly” qui n’a rien a voir aver le beurre. Il paraît que le mot vient de “Flutter by”. C”est beaucoup plus descriptif. Néanmoins le mot n’est pas aussi innocent que cela car l’érotisme est aussi impliqué dans l’expression “he gives me butterflies in my stomach” Les espagnol dirait “Mouille bien” (Muy bien = very well).

Morale: Along with cuisine, wine and women, butterflies also define a c